On dirait que le Québec ne voulait pas qu’on le quitte! Un beau -24 degrés, tout ce qu’il faut pour faciliter les transports. Partie aux petites heures du matin pour l’aéroport, on arrive en temps et tout se passe bien pour l’embarquement. L’avion se rend sur la piste de décollage, met les gaz et hop on se croyait parti, mais non, c’est le début d’une longue série de problèmes: bris mécaniques en tout genre, ressortir de l’avion à deux reprises après un embarquement, des vols retardés, des vols ratés, une nuit imprévue dans une hôtel de Toronto, des heures d’attentes interminables dans 3 aéroports et le tout avec un bébé de 4 mois. 48 longues de péripéties ont été requises pour qu’on pose enfin le pied sur Hawaii, brûlé.

Kihei est une ville côtière logée entre les 2 volcans qui sont à l’origine de l’île de Maui. Hawaii est composée de plusieurs îles dont la plus grosse abrite encore un volcan actif. Nous résidons pour une semaine au Maui sunset, un complex de condo timeshare que nous vous recommandons fortement.

Avec toute ces mésaventures d’avions, on avait presque oublié que c’était la fête de Stéphane aujourd’hui! On décide de fêter ça en grand au Luau du chic hôtel Mariette Weila ! Un Luau est une grande soirée typiquement hawaïenne avec les femmes en bikinis en noix de coco et les hommes qui jonglent avec du feu. La bouffe est excellente, le bar open aussi mais pour 100$ c’est plus une attrape touriste qu’une réelle occasion de découvrir la culture hawaïenne. J’ai vu des shows dans des tout inclus à Cuba avec plus de punch. Mais il faut leur donner ça, ils ont vraiment un beau setup avec les plages, la végétation tropicale luxuriante et des roches volcaniques d’un noir si franc, que le contraste avec la verdure nous rappelle un cartoon de Disney. Durant la soirée on a bien ri de la danse des hommes qui se font aller les cuisse comme des fous, il y a même eu un moment spécial ou Stéphane est monté sur le stage faire la danse du Hula avec une jolie hawaïenne. La salsa lui a vraiment debarré le bassin je vous dirais.

Nos journées s’écoulent doucement, on commence par se lever quand ça nous tente, se faire un petit déjeuner,  suivi de notre période de 1 à 2 heures de productivité durant lesquelles on fait les courses, planifie un peu nos activités et les places où l’on couchera dans les semaines à venir. Après on relax à la plage,  à la piscine,  on prend plein de soleil, un peu de plongée en apnée durant lesquelles on croise souvent de grosses tortues ben relaxe. On s’est même loué 2 standup paddle board, de grosses planches de surf sur lesquelles on se tient debout avec une grosse rame. Pas besoin de vous dire qu’on repassera pour la partie « debout » sur la planche, c’est bien trop difficile, Stephane en a même ramené de belles écorchures de guerre. Mais on a quand même surfé de belles vagues.

Voyant comment le taxi n’est pas très bien développé ici, on s’est résolu à louer une voiture. Note à moi-même pour le futur: c’est toujours moins cher de louer une voiture depuis l’aéroport avec un retour à la même place. Ici on s’en tire entre 25$ et 35$ par jour pour une Nissan Altima.

On s’était fait recommandé de monter le volcan Haleakala et maintenant qu’on a un char, aussi bien en profiter. Nous voilà parti pour une promenade en altitude! Je ne pensais pas que c’était possible de monter 10 000 pieds simplement en roulant sur une magnifique route qui sillonne le volcan à grands coups de « u » turn. C’est si agréable de conduire sur cette route qui donne l’impression que le ciel est la destination. Rendu en haut, une randonnée aux aspects lunaires nous permet de descendre dans le cratère.

C’est cool d’avoir Daphné avec nous, en plus ça nous a permis de faire 2 plongées à Molokini en couple durant lesquelles on a vu (et entendu !) plein de baleines à bosses qui sont en période de reproduction ici.  Vous savez les shots que l’on voit toujours à la télé de la grosse baleine qui saute super haut en dehors de l’eau et retombe dans un grand splash? Bien ce n’est pas un coup monté pour vendre des croisières aux baleines aux Escoumains, on en a vu plein et même des bébés.

Maui n’a pas fini de nous surprendre!